Entreprendre en France

Véritable parcours du combattant
Ou galère ?

Aujourd’hui, comme hier, entreprendre en France relève plus des 12 travaux d’Hercule que de la simple formalité.

Véritable parcours initiatique, les douze travaux de l’entrepreneur sont des challenges dans différents domaines, faisant appel à des compétences d’experts, à chaque étape de ce parcours.

A moins d’être un demi-dieu, il vous sera difficile, voire impossible, de franchir ces différentes étapes sans choir ou sans désespérer à certains moments avant l’atteinte de vos objectifs. Sauf si vous êtes bien accompagné, vos beaux projets risquent fort de se transformer en cauchemar et donc en échec.

La « culture de l’échec » ne faisant pas parti de notre matrice de franco-français, ce souvenir deviendra un boulet qui vous empêchera de rebondir et vous fera passer du statut d’entrepreneur au statut de demandeur d’emploi dans le meilleur des
cas, puis vous fera descendre une pente sans fin.

Comme un phénix, vous allez vous relever, mais vous n’êtes pas un animal mythologique et vos cicatrices vous balafreront le visage à chaque moment difficile dans votre vie privée ou professionnelle.

Il convient donc de bien réfléchir avant de se lancer. Et le simple projet de « je créé mon emploi en créant mon entreprise » peut devenir très vite le début des ennuis.

Votre tempérament de guerrier, tel Astérix, fait que vous voulez plus que tout atteindre votre but. Et que l’introduction de cet article à titiller votre intellect.

Nous allons donc, maintenant regarder ensemble que peuvent être ces obstacles qui vous sont familiers si vous êtes déjà chef d’entreprise, ou qui vous attendent si vous voulez vous lancer dans l’aventure.

La liste de ces pièges ne se veut pas exhaustive, et je m’excuse d’avance si je fais l’impasse sur certaines choses qui vous semblent importantes, mais je veux juste partager avec vous quelques idées et surtout des débuts de solutions à nos
problèmes d’entrepreneurs français.

Et tout comme Hercule il vous faudra éliminer les démons, dompter des animaux, acquérir de nouvelles compétences et enfin surmonter les obstacles sur votre route.

Maintenant que nous avons bien exploré notre culture et que nous avons bien définit notre contexte culturel, intéressons-nous au véritable sujet :

ETRE UN ENTREPRENEUR FRANÇAIS :
GALERE OU CHALLENGE ?

Quelque soit le stade de votre projet, vous avez conscience des problèmes décrits ci-dessous, et vous pouvez lire ces paragraphes dans l’ordre que vous voulez. J’ai choisi de les présenter dans l’ordre qui me parait le plus juste, c’est-à-dire dans la
chronologie de la vie de votre (futur) entreprise.

1- L’idée qui me rendra « riche »

Vous avez une idée qui va vous permettre de créer ou de faire décoller votre entreprise pour atteindre ce but ultime : être financièrement tranquille.
Cette idée vous obsède et vous la ressassez régulièrement. Vous vous demandez ce que vous allez en faire, vous en parlez autour de vous mais personne n’a de réponse concrète pour savoir s’il vous faut creuser cette idée ou l’abandonner
parce qu’elle n’est pas économiquement viable.
Et les gourous du business sont bien gentils, mais tout ce qu’ils veulent c’est votre argent en échange d’une « potion magique », d’une « méthode secrète », de droit de franchises bizarres, et j’en oubli.
Ou, vous vous faite piquer l’idée par une personne que vous pensiez de confiance, puis il disparait de votre entourage plus vite qu’il n’est venu à vous.
Bref les premiers obstacles ont tué votre début de projet et il vous faut revoir vos plans.
Ou vous continuez à travailler votre idée tout seul et force est de constater que seul on n’avance pas bien vite, voir pas du tout.

2- L’étude de faisabilité

Vous avez bien fait murir votre idée, de cette graine germe une belle pousse qui s’appelle projet. Vous lancez donc l’inventaire de vos ressources financières ou autres.
Vous commencez à voir l’opportunité de faire de cette pousse un bel arbre qui vous apportera les fruits de votre travail d’entrepreneur.
Alors vous allez sur internet, vous compilez un tas de données qui vous paraissent utiles et vous prenez des conseils auprès d’experts, d’associations, d’administrations…
Vous faite donc une étude de faisabilité de votre projet, et vous êtes sûr de bien avoir fait le tour de la question en toute objectivité.

3- L’étude de marché

Votre projet est bien mure, vous avez défini les : qui, quoi, donc, où.
Faire votre étude de marché n’est qu’une simple formalité pour vous, ou vous faites appel à quelqu’un « qui s’y connait ». Mais une étude de marché n’est pas une formalité c’est elle qui vous permettra de définir votre stratégie commerciale.
Conscient de cela, votre étude de marché n’en finit pas, ou vous faites appel à un expert qui vous coute une « blinde » pour qu’il vous donne le truc tout cuit qui ne vous servira à rien.
A cette étape, l’argent et le temps que vous avez consacré à ce projet reste moindre par rapport aux risques, puisque justement vous êtes dans la mesure de ces derniers.

Une des deux conclusions suivantes s’impose à vous :

  • Le risque est trop important pour moi seul ou mon entreprise : Il me faut
    donc trouver de l’aide (associés, capital risqueurs, …),
  • Les risques sont mesurés donc pas de problème : BANZAI (ils vont voir le
    guerrier).

4- La conception de votre projet

Tel Napoléon, vous élaborez vos plans de bataille :

  • Vous mettez en ordre vos troupes (ce qui peut parfois ce résumé à vos propres compétences),
  • Vous préparez vos armes.
  • Vous définissez donc vos stratégies et vous rentrer dans le vif du sujet.

Votre étude du marché, vous permettra d’évoluer en terrain (re)connu, donc votre plan ne peut que réussir et votre concept est une « machine de guerre », « une arme fatale », « un aimant à client », …
Votre projet n’est pas sans risque et votre concept pas forcément parfait mais vous vous lancez.

Ou vous vous dites « je veux juste faire mon métier de plombier (ou autre), pas besoin de plans », « puisque je rachète une entreprise toute faite, pas besoin de concept ou de plan à la con », ou bien « je reprends le flambeau familial,
l’entreprise de mes aïeux, ce que je dois savoir : je le sais », et vous décidez donc de vous lancez sans étude de marché.

Enfin pour certains d’entre vous, il vous sera impossible d’en finir avec l’élaboration de l’étude de marché, il vous faudra donc de l’aide pour franchir cette étape.

5- Le business plan

Il vous sera demandé si vous avez besoins d’emprunter ou de capitaux extérieurs.
Donc je ne m’étendrai pas sur le sujet.
Si faire un business plan n’est pas dans vos domaines de compétence, regardez qui peut vous aider sans que ça vous coute un bras.

6- La naissance officielle de votre projet

Vous en êtes là : il vous faut un numéro de SIRET pour être indépendant et pouvoir enfin vous consacrer à votre métier. Chouette .
« Ah mais non ! J’avais oublié (ou pas vu) que je devais : choisir un statut juridique, puis faut que je m’inscrive là, et là, et encore là, … » mais comme vous êtes un guerrier mythologique, vous allez rassembler vos forces pour surmonter tout ça.
Ou plus simplement, votre entreprise évolue et tel « Alexandre le grand » vos troupes s’en occupent, « moi le patron je sais ce que je fais ». Etes-vous sûr d’en être là ? Si oui, comme lui vous ne ferez pas de vieux os.

7- Le choix de mes partenaires : Banque, assurance, fournisseurs.

Vous créez votre entreprise, alors là c’est dingue, vous devez choisir qui va faire
votre comptabilité, qui sera votre banquier, quelle compagnie d’assurance prendre, quels fournisseurs pour quels produits…
Bref, de nombreuses décisions difficiles à prendre, et comme c’est la première fois que vous montez une entreprise, vous avancez en terrain miné, je vous dis donc attention à vous, bon courage car c’est en faisant des erreurs que l’on apprend, mais une erreur peut couter chère. N’hésitez pas à vous faire aider.

Votre entreprise est créée depuis longtemps et vous avez déjà identifié vos partenaires, donc vous n’avez plus qu’à choisir qui va faire quoi et quand.
Mais voilà, c’est plus simple à dire qu’à faire et il vous faut trouver des compétences qui ne sont pas encore là, donc soit vous embauchez, soit vous étudiez le potentiel de votre équipe.
« Dans tous les cas, il faut que je trouve, alors je cherche ou je fais appel à un pro du recrutement. Mais lequel ? Ils sont si nombreux je vais bien trouver le bon. »
Deux obstacles vous font donc face : l’erreur de casting du cabinet que vous payez cher et qui vous envoie des CV sans intérêt, ou l’erreur de casting du candidat.
Ne choisissez pas au hasard ce prestataire de première importance qui vous permettra de trouver la perle rare.

8- Les administrations : Ennemi ou alliés de l’entreprise ?

En France, les administrations ont beaucoup de poids et paraissent parfois insurmontables.
En effet, nous ne comptons plus, depuis longtemps, le nombre fois que l’on entend ou même disons : « En France si tu veux réussir en tant qu’entrepreneur, il vaut mieux partir à l’étranger » ou « c’est quand ton entreprise commence à gagner de l’argent que ces vautours arrivent pour presque tout prendre… » ou « à cause de toutes ces obligations et les charges que nous coutent ces administrations, les entreprises françaises ferment les unes après les autres »
Le récent fiasco du RSI et ses conséquences ainsi que les réformes constantes ne sont pas étranger à tout cela.
Alors, que tout ceci est censé nous faciliter les choses, cela ne fait que nous les compliquer.
Nous pouvons en rester là et passer à un autre sujet, mais nous sommes d’origine gauloise et tel Astérix nous devons passer au-delà. Chez PHENIX RH, nous avons compris qu’il fallait s’adapter et transformer ces contraintes en opportunité pour nos clients.

9- Développer une clientèle

Toutes les entreprises du monde ont besoin de clients, et il ne faut jamais l’oublier.
Elles communiquent, prospectent et travaillent uniquement pour cela.
Posez-vous la question : Qui sont les clients (ou futur) de mon entreprise ?
Vous voyez que la réponse n’est pas forcément simple, pourtant ma question est toute simple.

Vous êtes un expert de la vente et du marketing, vous n’avez pas besoin d’aide pour trouvez la réponse.
Vous êtes artisan, ingénieur, commerçant ou même un spécialiste de la vente direct, alors vous aller pendre un peu plus de temps à répondre.
Qui que vous soyez, l’important c’est de ne jamais perdre de vu que « les clients sont la raison d’être de votre entreprise ». Si vous avez besoin de prendre du recul ou d’avoir une vue plus objective, faites-vous aider avant de ne plus avoir de
clients.
Vous avez une bonne clientèle, votre affaire tourne comme une horloge et vous voulez développer votre entreprise, il ne vous reste plus qu’à savoir comment, mais vous n’êtes pas à l’abri d’une erreur qui peut couter chère.

N’hésitez pas à demander un avis extérieur et/ou demander l’expertise objective d’un prestataire (Voir paragraphe 7).

10- Organiser ma production, manager mes équipes.

Vous avez une bonne clientèle et vos équipes travaillent pour servir toutes leurs commandes, tout va bien mais ce n’est pas facile tous les jours.
C’est normal, c’est la vie, entreprendre c’est ça, vous en avez conscience et vous êtes lucide, mais cela vous épuise au point que le moindre contretemps vous fait perdre votre calme et faites appel au peu de lucidité qu’il vous reste pour trouver
une solution et vous préservez avant qu’il ne soit trop tard.

Ou bien, vous voulez augmenter votre production par des gains de productivité, mais voilà votre équipe de production est au taquet. Que faire ? Comment faire ?
Qui peux m’aider ?
Vous voilà, comme d’habitude seul à devoir répondre à ces questions. Pour
certains patrons, c’est même des questions quotidiennes qui chaque matin les obsèdent.
Dans tous les cas, la solitude du Patron est une réalité évidente mais pas facile à vivre. Alors n’hésitez pas à appeler un consultant qui vous aidera dans votre réflexion et effacera un peu votre solitude. Mais ne faites pas l’erreur de prendre un « gourou » ou un proche de mauvais conseil, j’ai trop souvent vu des entreprises, et donc leurs patrons, y laisser des plumes ou pire.
Ne vous prenez jamais pour un super héros qui peut tout, car vous êtes un humain et le management c’est une histoire d’hommes et de femmes qui travaillent ensemble.

Ou enfin, vous voulez devenir patron, mais votre parcours professionnel ne vous a pas permis d’apprendre les bases du management ou simplement d’affuter vos aptitudes naturelles au commandement d’une équipe : FORMEZ VOUS.

11- Développer mon entreprise

Vous en êtes là, félicitations, beaucoup ont échoué avant de pouvoir faire cela.
Votre entourage est fier de vous et tous le monde vous trouve formidable, c’est cool.
Mais rien n’est acquit, « une entreprise qui ne progresse pas et une entreprise qui meurt » c’est votre phrase du jour, et vous êtes comme Achille : un guerrier invaincu. Votre mère et les autres vous admirent, sont fiers de vous et tout le monde vous trouve formidable, ivre de gloire vous allez vous planter.

Plus humblement, vous savez que vous allez encore faire des efforts qui paieront à terme. Vous faite tout ce qu’il faut comme vous l’avez toujours fait, et la réussite sera au bout du chemin.

Nous sommes dans un monde et plus particulièrement dans un pays qui bouge, change et évolue. Les recettes d’hier ne sont plus forcément au gout du jour. Pour vous aidez à passer cette étape mieux vaut bien réfléchir, parce que vous êtes
maintenant responsable du bien-être de beaucoup de monde. Et le droit à l’erreur peut vite couter cher. Ça vous coutera moins chère de vous faire conseiller, que de vous planter.
Les demi-dieux et les super héros ne sont pas nombreux de nos jours.

12- Pérenniser mon entreprise

Vaste sujet, alors pour faire court reportez vous aux 11 travaux précédents et remontez les bien dans l’ordre.
Parce que vous vous n’êtes ni Astérix, ni Hercule, ni Napoléon, ni Alexandre le Grand, ni Achille, ni un super héros plein pouvoir et moi non-plus.
Il faut surtout retenir que vous ne pouvez pas être le meilleur partout. Vous êtes expert dans votre cœur de métier, ne vous sentez pas coupable de demander de l’aide pour le reste.

Conclusion : Quelque soit votre entreprise et qui que vous soyez, que vous viviez un parcours du combattant ou une galère, vous pouvez entreprendre en France, mais comme on dit : « pour aller vite il faut être seul et pour aller loin il faut être ensemble ».
Chez PHENIX RH, nous disons simplement : « Transformez vos contraintes en opportunités » et c’est de la compétence que naît la performance.

Auteur : Alexandre MOISSET

Adresse :

La Crochère
73340 Aillon-le-Vieux

Nous contacter

Télephone :

+ 33 6 81 35 79 89